Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Preparation Physique/Performance+ - Page 5

  • Adapté son activité sportive: Union entre la kiné et la préparation physique

    Sur la base d'un bilan personnalisé.

    Après quelques tests, on définit ensemble des objectifs, des principes afin de créer un projet personnalisé pour chacune des personnes.

    Exemple: Une belle histoire pour ces patientes (agées de 80 à ans) qui manquaient d'assurances donc une perte de confiance, parfois une chute et on commence à faire de moins en moins. Après un travail personnalisé qui a débuté pour certain sur Imoove, ou sur une table de massage nous nous dirigeons ensemble vers la salle de sport ou Lionel et Annabelle prennent le relais pour un retour vers l'AUTONOMIE complète.

    nîmes,dos,muscles,prévention,gymnastique,articulation,kiné,ligamentnîmes,dos,muscles,prévention,gymnastique,articulation,kiné,ligamentnîmes,dos,muscles,prévention,gymnastique,articulation,kiné,ligament

    Le principe: Nous avons tous traversé des moments de doutes et dans chacun d'eux nous nous  avons eu besoins de nous raccrochés à une main tendue qui nous aura donné la force, le courage, la motivation de....

    nîmes,dos,muscles,prévention,gymnastique,articulation,kiné,ligamentSportif de haut niveau ou personnes agées en passant par les enfants, L' union entre kiné et préparateur physique a pour objectif , au sein de l'univers de la rééducation, de créer le cocon dans lequel tous nos patients pourront se réaliser, redécouvrir leur potentiel, retrouver leur confiance en eux....C'est dans cet esprit que nous avons mis en place notre premier projet: "Activité sportive" ouverte à tous:

    • Bilan et suivi kiné personnalisé,
    • Programmes individualisés par Lionel, notre préparateur physique, sur les principes mis en évidence lors du bilan,
    • Séances de gymnastique individualisée et corrigée en permanence. Fonctions des objectifs que nous souhaitons atteindre ou de l'état de santé de nos patients, les soins kinés interviennent avant (favoriser l'échauffement) ou après (la récupération) la séance de gym permettant à nos patients d'optimiser
  • Les conséquences de l'arrêt de l'activité sportive sur les qualités physiques

    L'arrêt partiel ou total de l'activité physique suite à une blessure (ou à la trêve hivernale), entraine des effets négatifs sur les paramètres cardio-vasculaires, musculaires et proprioceptifs chez un sportif entrainé. Ceci aboutit à une désadaptation à l'effort et à des risques de récidive précoce de certaines blessures.


    Les conséquences cardio-vasculaires :
    ·        Baisse de la VO2 max (laquelle témoigne des capacités aérobies du sportif) : plus l'athlète est entrainé (et donc sa VO2 max élevée), plus la récupération du niveau précédent l'arrêt de l'activité sportive sera longue.
    ·        Cette baisse de la VO2 max est la conséquence de la baisse du débit cardiaque maximal, d'une augmentation de la fréquence cardiaque (FC), d'une diminution du volume d'éjection systolique et d'une diminution de la ventilation maximale (fonction ventilatoire).
    ·        2 semaines sans activité physique suffisent pour observer une diminution significative de la VO2 max.

    Les conséquences musculaires :
    ·        Après 2 semaines sans activité physique, on observe une diminution des performances musculaires en endurance.
    ·        Après 7 jours d'arrêt du sport, on observe une diminution de 20 % du stock de glycogène (le carburant du muscle), pour atteindre une baisse de 40 % après 25 jours d'arrêt.
    ·        Après 2 semaines d'arrêt de l'activité physique, on estime que la baisse d'apport en oxygène au muscle est de 6 %.
    ·        Un arrêt de 2 semaines des activités sportives est donc le seuil à partir duquel les performances musculaires diminuent de façon significative.

    Les conséquences proprioceptives :
    L'arrêt de l'activité physique est préjudiciable au contrôle proprioceptif (sens de l'équilibre + sens de position), tout particulièrement dans un sport comme le golf ou cette qualité est prépondérante dans la performance et le plus souvent travaillée de façon régulière à l'entrainement chez les joueurs de haut niveau.

    La prévention :
    La plupart des blessures en golf sont liées à une sur-utilisation de l'appareil ostéo-articulaire. Le repos constitue de ce fait un des éléments majeurs du traitement.
    Toutefois, à la lumière de ce qui précède, il convient de mettre en place, chez les joueurs de compétition ou de haut niveau, un plan de prévention à partir d'un bilan ou d'un dépistage biomécanique qui sera basé sur les éléments suivants :

    • Travail cardio-vasculaire, en ne sollicitant pas la région anatomique lésée (pédalage si blessure du membre supérieur, ergomètre de membre supérieur si blessure du membre inférieur). Ce type de travail doit être pratiqué au moins 3 fois par semaine, à une intensité de 70 % de la VO2 max au minimum.
    • Travail musculaire : renforcement à tous les modes (statique, concentrique, excentrique) des groupes musculaires non concernés par la blessure : 3 séances par semaine à minima.
    • Travail proprioceptif : il doit être adapté en fonction des la blessure (en charge ou décharge, en chaine cinétique ouverte ou fermée, ...) et effectué au minimum 3 fois par semaine.


    Conclusion :
    Associé à une prise en charge médicale et kinésithérapique de la blessure, ce plan de prévention des conséquences négatives de l'arrêt de l'activité sportive permettra au golfeur de revenir plus rapidement à son niveau de pratique antérieur. La même stratégie doit être adoptée dans le cas d'une trêve hivernale et plus généralement pour tout arrêt du jeu pendant 2 semaines ou plus. Ces conseils doivent bien évidemment s'appliquer aux joueurs de compétition et de haut niveau, mais l'ensemble des pratiquants aura tout intérêt à s'en inspirer.

    Titre original : Réentrainement précoce suite à une blessure du membre inférieur chez le sportif
    Auteurs : Sicot M.
    Référence : KSI Jan 2010, 7-13.
    Date de parution : Jan 2010, 

  • L'ostéoporose: anticiper pour ne pas gémir!

    L'ostéoporose est une maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la résistance osseuse conduisant à une augmentation du risque de fracture. Actuellement, elle touche 1 femme sur 3 et 1 homme sur 12. Chez les femmes cette maladie débute au moment de la ménaupose. Les fractures font toute la gravité de l'ostéoporose, celle-ci augmente avec l'âge.Les fractures du col du fémur lié à l'ostéoporose sont responsable dans 50% des cas d'une perte importante de l'autonomie des patients.

    Prévenir l'ostéoporose:

    • Adapter son alimentation
    • Profiter du soleil
    • Se muscler en douceur

    Favoriser l'augmentation des apports en calcium en introduisant 3 laitages par jour, ou des aliments riches en calcium comme les brocolis, le chou, le saumon, les sardines, les amandes ou les oranges. Limiter le sel qui favorise l'élimination reinale du calcium et l'apport en caféine qui baisse l'absorption de celui-ci par les os.

     

    osteoporose_diete-2.jpg

    Profiter du soleil permet à notre organisme de produire de la vitamine D. Méconnue, elle favorise l'absorption du calcium. Elle n'est pas uniquement apportée par l'alimentation. Une exposition de 15 minutes par jour, bras et jambes découvertes, même à travers une vitre permet à l'organisme de compléter les besoin en vitamine D.

    Se muscler en douceur et régulièrement limite la perte osseuse. La pratique d'activités en extérieure comme le golf, le vélo, le tennis, la randonnée... contribue à renforcer le squelette et les muscles. A partir d'un certain âge, on favorisera une gymnastique basée sur des exercices d'équilibre, de posture, d'entretient de la masse musculaire pour diminuer le risque de chute.

    IMF_MODULE_WEB_CHEMIN_5217_1253799870.jpg

     

    Il est important de prendre conscience de cette pathologie, d'en parler avec votre médecin qui sera a même, après un bilan, de vous proposer un dépistage en vous prescrivant une ostéodensitométrie.